Suite à notre premier article du 2 octobre dernier, Yves nous écrit : "un seul commentaire, ce n’est pas beaucoup !" 
Non en effet, surtout sur un tel sujet.

Un seul "petit poisson" ? Laissons Notre Seigneur le multiplier Lui-même !

Notre article était déjà prêt pour aujourd’hui. Nous répondrons au vôtre Yves, dès la semaine prochaine, car l’aspect que vous abordez, est primordial. 

2 

Petite histoire racontée par Pierre RABBI (agriculteur-penseur-écrivain)

imagesLMBZ9S1H

 "Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s'active, allant chercher quelques gouttes d'eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d'un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : "Colibri ! Tu n'es pas fou ? Tu crois que c'est avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ?"
"Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part".
 

"FAIRE SA PART"

N’est-ce-pas là une vision éminemment évangélique ?
Car dans le fond, n’est-ce pas là également la seule chose que Notre Seigneur nous demande ?
Notre part d’amour ; notre part de don ; notre part de joie ; notre part de partage ; notre part de prière !
Notre part de VIE, là où nous sommes et comme nous sommes !

Alors en réfléchissant à cela, à quelques-uns(es), nous avons choisi de faire la nôtre en créant une association : l’A.R.P.
                          "Association Réveil Paroisse"

Objet :
"Cette association a pour objet l’initiation, la promotion, la réalisation et l’accompagnement de toutes actions visant au développement des paroisses qui s’adressent à elle, que ce soit sur le plan matériel, aussi bien que sur celui de la formation humaine et spirituelle ou de l’organisation. Elle les aidera à trouver leur propre orientation. Elle peut être appelée pour cela et selon ses possibilités à créer toute structure nécessaire à son but et à mener les actions de recherche de financements adéquates, y compris commerciales."

C’est une association autonome qui ne dépend ni de notre Paroisse, ni de notre Evêché, ni de notre Mairie et qui ne rend de compte qu’à elle-même - il est très important de le noter d’emblée - mais qui par contre veut se mettre au service de chacun d’eux.

Son siège social se situe au Presbytère de l’Église Saint Jean-Marie Vianney à La Grave de Peille (06440), communauté locale de notre paroisse.

La vocation de notre association est donc de susciter et mutualiser des bonnes volontés autour d’un projet, qu’il soit matériel, spirituel ou organisationnel comme vous avez pu le lire dans notre objet.

Une première urgence, d’ordre matériel celle-ci, nous est apparue : l’état de délabrement de notre église locale (La Grave de Peille), que nous jugeons comme "indigne", ainsi que la vétusté de son presbytère. (Pour la petite histoire nous sommes encore sous baguettes électriques en bois, fils en tissus et fusibles en porcelaine. Vives les années 50 !)

Nul ne pourra régler l’ampleur des dépenses seul, pas même notre association cela va sans dire.

Alors les petits colibris que nous sommes ont déjà monté une opération modeste de collecte publique de ferraille, le 22 octobre dernier. 

RERAILLE 22 10 17

Une partie de l’équipe : Arnaud, François et Stéphane de jeunes bénévoles de la commune ; David P. notre chauffeur, employé municipal délégué par la mairie de Peille ;Jean-Louis S., voisin fidèle et solidaire ; Marie-Christine D., Apolline J. et Jean-Marie K., membres de l’Association initiatrice. 

Était-ce la meilleure idée, tant le prix de la ferraille a chuté ? (90 euros la tonne) 
Nous avons récolté, avec l’aide précieuse et décisive de la Mairie de Peille, la bonne volonté de beaucoup et avec également un don en nature (ferraille) de l’entreprise Vicat de La Grave de Peille la somme totale de 1585 euros. (Colibri un jour, colibri toujours !)

Bien sûr cela ne représente que le dixième de la somme nécessaire pour refaire l’électricité du presbytère, ou encore l’équivalent de trois fenêtres double vitrage pour mieux l’isoler par exemple. (Destination choisie en l’occurrence, courage ils n’en restent plus que 9 !)

Il fallait faire un premier pas, celui-ci est dorénavant posé !

D’ailleurs pour être tout à fait juste, il y en a eu d’autres : les pas de la mairie pour refaire l’étanchéité du

P1000823

toit de l’église (ça y est,  il ne pleut plus à l’intérieur) et les pas de notre paroisse pour refaire une partie de l’électricité dans la partie qui reçoit du public (salle dite "du caté").

Pour modeste qu’ait été le résultat, il a fallu pour l’obtenir dépenser un peu de sous. (pas trop rassurez-vous)
Aucun projet ne peut se monter sans cela.

C’est pourquoi l’association, qui se veut transparente, a pris la décision de prélever systématiquement 10% des gains qu’elle suscitera, ainsi que des dons numéraires, pour ses frais de gestion.
Les 90% restants iront intégralement à la réalisation "effective" des projets.
[Nous voulons à ce sujet remercier ici tout particulièrement monsieur Georges M. de Peille qui, "n’ayant pas de ferraille à nous donner" (sic), nous a offert un chèque de 50 euros, notre premier don, si important par l’encouragement qu’il a suscité chez nous.].

Le pape François fait observer dans sa lettre du 27 avril 2016 que les laïcs aussi ont des solutions à proposer :
"Il n'est pas logique – même impossible – de penser qu'en tant que pasteurs nous devrions avoir le monopole des solutions face aux nombreux défis de la vie contemporaine (...). Nous devons être aux côtés de nos fidèles, les accompagnants dans leur recherche, et en stimulant l'imagination de façon à répondre aux problématiques actuelles".
 

A nos encouragements et n’oublions pas, prions sans cesse !