Paroisse St Pierre-St Paul

01 août 2017

tumblr_lorzto6mpy1qkld3fo9_250

"Oulala! mais qu'est qu'on est en retard......"

Mais bon, vous le savez sans doute déjà tous....

 

Nous avons la joie, depuis début Juillet et comme chaque été, dans le cadre de notre jumelage avec le Diocèse de DIEBOGOU au BURKINA FASSO (50 ans cette année), d'accueillir un nouveau prètre.

Cette année nous recevons avec joie le très sympathique Père Evariste MEDA.

 

DSC_0136 - Copie

 

Ordonné prêtre en décembre 2013, il est Vicaire à la paroisse notre Dame de Fatima de IOLONIRO (à vos cartes géographiques), paroisse pré-catéchuménale ne disposant pas encore de structures.

 

Le Père Evariste est arrivé en juin dernier pour un trimestre et a commencé ses  premières visites pastorales dans toutes les communautés locales accompagné du Père Piotr SZUMNY. (Que nous pouvons remercier ici pour toute sa bonne volonté active.)

Cela lui fut bien nécessaire et encourageant, lui-même le dit : « car c’est mon tout premier voyage et ma toute première expérience pastorale en Europe »


Ses début « techniques » ont été difficiles car le Père Evariste ne possédait ni véhicule, ni son permis de conduire, mais avec la collaboration des uns et des autres, notamment des amis du BURKINA FASO et de la secrétaire paroissiale de l'Escarène, Mme Jeanne BARRALIS, il a pu obtenir le permis de conduire international et l'Évêché de Nice a mis un véhicule à sa disposition.

 

Voici un petit mot de la part du Père Evariste :


« Je voudrais remercier vivement toutes les personnes qui sont venues aimablement me chercher pour telle ou telle célébration à tel endroit quand je ne disposais d'engin.
Dieu les bénisse!
Depuis que le véhicule a été acquis, la pastorale est devenue plus fluide pour moi.
J'arrive à satisfaire les gens pastoralement autant que faire se peut, d'autant plus que le calendrier mensuel est assez bien établi et aéré, même si quelquefois, certaines célébrations contraignent à faire appel à un autre prêtre; je veux parler des fêtes patronales dans des villages qui se chevauchent parfois à mon grand regret…..

….. Hormis cela, tout se passe normalement bien pour moi à la paroisse et dans les Communautés Chrétiennes.
 Les paroissiens sont assez sympa, accueillants, respectueux, attentifs à mes petits besoins. Mon niveau d'apprentissage en art culinaire est très bas; je tiens donc à adresser mes vives félicitations à toutes les personnes qui se sont dévouées, qui se dévouent et se dévoueront pour mon alimentation et pour me faire visiter tel ou tel lieu de la ville de Nice ou d'ailleurs.
Je souhaite que cela perdure jusqu'à mon départ et se poursuive avec les messagers de Dieu qui arriveront par la suite.
Puisse Dieu bénir abondamment toutes ces personnes généreuses!
Mon retour est prévu pour le 30 août au BURKINA FASO.

Pour conclure, j'exprime mes sentiments de profonde reconnaissance et de sincère gratitude à tous les paroissiens; je me garde de citer les noms, de peur d'en oublier et de frustrer certains.

Merci aussi aux évêques de DIEBOUGOU (S. Exc. Mgr Dèr Raphaël KUSIELE DABIRE) et de NICE (S. Exc. Mgr André MARCEAU) qui travaillent en tandem pour le bon fonctionnement de ce jumelage.
Je n'oublie pas Mr Frédéric BERNERDEAU (responsable de la coopération dans le Diocèse de Nice) et toute son équipe également qui se dépensent au compte de ce jumelage.
Que ces liens de fraternité créés se consolident au fil du temps et des âges.

Merci à toutes et à tous! »

 

Vous pourrez profiter de sa présence lors des nombreuses fêtes d'été dans notre paroisse:

 

 

Samedi  
5 août

18   heures à PEILLON village

Messe   de la Saint Sauveur

Dimanche  
13 août

11   heures à PEIRA CAVA

Messe   de la Saint Amour

Lundi  
14 août

20   heures à LUCERAM

Messe anticipée de l'Assomption, suivie   de la procession aux flambeaux dans le village

 

Mardi   15
Fête Solennelle de l’ASSOMPTION

11   heures à L’ESCARENE

20   heures à L’ESCARENE

Messe   de l’Assomption

Procession   de l’Assomption

Mercredi  
15 août

9   heures à BLAUSASC

(départ   de l’église)

Procession jusqu'à la chapelle Saint   Roch, suivie de la messe

 

Dimanche  
20 Août

11   heures à L’ESCARENE

(chapelle   saint Pancrace)

Fête   et messe de la Saint Pancrace

Samedi  
26 août

18   heures à BORGHEAS

(église   Saint Sauveur)

 

Messe   de la Saint Augustin

Samedi  

26 août

18   heures à TOUET DE L’ESCARENE

MESSE   DE LA SAINT Louis avec offerte

Dimanche  
27 Août

10   heures à LUCERAM

(Eglise   Sainte Marguerite)

Messe   de la Sainte Rosalie, suivie de la procession

 

Posté par Pierre et Paul à 09:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 juillet 2017

Nomination doyenné du peillon

L' Evêché de nice, par l'intermédiaire de Monseigneur Gazaniga, nous informe, que le Père Michel Dejouy renonce à sa charge et que c'est le père Joseph Ziobron, du doyenné de Menton, qui est nommé curé de notre paroisse à la date du 1er septembre 2017. Bienvenue à lui.

Posté par Pierre et Paul à 20:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2017

Jubilés de sacerdoce

Diocèse de Nice

Des jubilés de sacerdoce                  

                    20 juin 2017

Prêtres jubilaires de 2017 25 ans, jubilé  d’argent : P. André-Jacques Astre, P. Jerzy Bubulka, P. Benoît Parent, P.  Éric Rebuffel 50 ans, jubilé d’or : Mgr Guy Terrancle, P. Bernard Gilloux, P. Jean-Claude Lenain  (Foyer de Charité), P. Jacques Pujol 60 ans, jubilé de diamant : chanoine Yves Lombard, chanoine Maximilien Scotto d’Ardino, P. Christian Van Bunnen,  sma 65 ans, jubilé de palissandre : P. Gabriel Callier, P. Georges Poyeton

 

Posté par Pierre et Paul à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2017

MEMOIRE COLLECTIVE: NOS CLOCHES!

Capture3

 

Extrait du NICE MATIN du 16 Avril que nous a communiqué notre ami Yves de LUCERAM, à qui nous allons bientôt rendre visite afin qu'il nous présente et nous partage cette passion des cloches qui l'anime!

Egalement communiquée par Yves: la JOURNEE du CLOCHER 2017, une rencontre insolite à laquelle nous vous invitons a venir nombreux.

Affiche Journée du clocher 2017 001

 

 

Posté par Pierre et Paul à 07:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 avril 2017

INFO PRIERE

INVITATION A LA LOUANGE

Transmise par le Mouvement Diocésain de l'Hospitalité

Capture

Posté par Pierre et Paul à 16:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]


23 mars 2017

Pastorale des migrants_Diocèse de Nice

Le migrants ne savent pas nager

Actualité mise en ligne le   22 mars 2017 par l'Evêché de Nice

 

La Pastorale des Migrants de notre diocèse organise une projection-débat d'un film : Les migrants ne savent pas nager.  Jean-Paul Mari a embarqué à bord de l’Aquarius. C’est ainsi qu’il a   participé aux sauvetages et filmé de véritables miraculés, exténués   après un périple aussi long que dangereux.

SOS MEDITERRANEE, jeune association civile de   sauvetage en haute mer, a été créée en 2015 dans un élan de la société   civile européenne mobilisée face à l’urgence humanitaire en   Méditerranée. Un projet d’abord franco-allemand puis également italien, alliant   compétences du monde maritime et de l’humanitaire, pour apporter une   réponse, ne serait-ce que partielle et incomplète, à la tragédie qui se   déroule actuellement en mer Méditerranée - 46.000 personnes au moins ont   péri depuis une quinzaine d’années dans ces traversées périlleuses en   tentant de rejoindre l’Europe.               Une mobilisation citoyenne exceptionnelle  a permis de financer en   2016 l’essentiel de l'action de sauvetage au large des côtes   libyennes – le coût de l’opération s’élevant à 11 000 euros par jour ! Cette dynamique était à conforter, raison pour laquelle SOS   MEDITERRANEE vient d’obtenir, aux côtés de la SNSM, le label « Grande cause nationale 2017 » consacrée cette année au sauvetage en mer / sosmediterranee.fr

 

 

Eglise des Alpesè-MAritimes n°40 - Janvier 2017 Photo : Laurin Schmid/SOS Méditerranée Dossier spécial paru dans Église des Alpes-Maritimes n°40, janvier 2017 (Journée du Migrant et réfugié, message du pape François, marche aux flambeaux à Vintimille, les actions dans notre département pour accompagner les migrants, le réseau Welcome, SOS Méditerranée, soirée d'information). À lire ici...

 

Posté par Pierre et Paul à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2017

"Le bon confesseur" selon le Pape François

 

Portrait-robot du « bon confesseur » selon le pape François

 « Confesser est une priorité pastorale », dit-il à la Pénitencerie apostolique (traduction complète)

 17 mars 2017

 

 Le pape François confesse © L'Osservatore Romano

 

Discours du pape François

 Chers frères,

 Je suis heureux de vous rencontrer à cette première audience avec vous après le Jubilé de la miséricorde, à l’occasion du cours annuel sur le for interne. J’adresse mes salutations cordiales au cardinal Grand Pénitencier, et je le remercie pour ses aimables paroles. Je salue le régent, les prélats, les officials et le personnel de la Pénitencerie, les collèges des pénitenciers ordinaires et extraordinaires des basiliques papales « in Urbe » et vous tous, participants à ce cours.

 

En réalité, je vous le confesse, le tribunal de la Pénitencerie est le type de tribunal que j’aime beaucoup. Parce que c’est un « tribunal de la miséricorde » auquel on s’adresse pour obtenir ce médicament indispensable pour notre âme qu’est la miséricorde divine !

 

Votre cours sur le for interne qui contribue à la formation de bons confesseurs, est plus que jamais utile et je dirais même nécessaire de nos jours. Certes, on ne devient pas de bons confesseurs grâce à un cours, non ; l’école du confessionnal est une « longue école » qui dure toute la vie. Mais qu’est-ce qu’un « bon confesseur » ? Comment devient-on un bon confesseur ?

 

Je voudrais indiquer à ce propos trois aspects.

 

  1. Le « bon confesseur » est avant tout un véritable ami de Jésus, bon pasteur. Sans cette amitié, il sera bien difficile de faire mûrir cette paternité, si nécessaire dans le ministère de la réconciliation. Être amis de Jésus signifie avant tout cultiver la prière. D’une part une prière personnelle avec le Seigneur, demandant sans cesse le don de la charité pastorale, et d’autre part une prière spécifique pour l’exercice de la tâche de confesseur et pour les fidèles, frères et sœurs qui s’approchent de nous à la recherche de la miséricorde de Dieu.

 

Un ministère de la Réconciliation « enveloppé de prière » sera le reflet crédible de la miséricorde de Dieu et évitera ces duretés et incompréhensions qui pourraient parfois être générées aussi dans la rencontre sacramentelle. Un confesseur qui prie sait bien qu’il est lui-même le premier pécheur et le premier pardonné. On ne peut pardonner dans le sacrement sans être conscient que l’on a été pardonné avant. Et la prière est donc la première garantie pour éviter toute attitude de dureté qui juge inutilement le pécheur et non le péché.

 

Dans la prière il est nécessaire d’implorer le don d’un cœur blessé, capable de comprendre les blessures des autres et de les guérir avec l’huile de la miséricorde, celui que le bon Samaritain a versé sur les plaies de ce malheureux de qui personne n’avait eu pitié (cf. Lc 10,34)

 

Dans la prière, nous devons demander le don précieux de l’humilité pour qu’il apparaisse toujours clairement que le pardon est un don gratuit et surnaturel de Dieu, dont nous sommes de simples, bien que nécessaires, administrateurs, par la volonté même de Jésus ; et Il se réjouira certainement si nous faisons un large usage de sa miséricorde.

 

Dans la prière, ensuite, nous invoquons toujours l’Esprit-Saint, qui est un Esprit de discernement et de compassion. L’esprit permet de s’identifier avec les souffrances des sœurs et des frères qui s’approchent du confessionnal et de les accompagner avec un discernement prudent et mûr et avec une véritable compassion pour leurs souffrances, causées par la pauvreté du péché.

 

  1. Le bon confesseur est, en second lieu, un homme de l’Esprit, un homme du discernement. Que de mal est fait à l’Église par ce manque de discernement ! Que de mal fait aux âmes par un agir qui ne plonge pas ses racines dans l’écoute humble de l’Esprit-Saint et de la volonté de Dieu. Le confesseur ne fait pas sa volonté et n’enseigne pas sa propre doctrine. Il est appelé à faire toujours et seulement la volonté de Dieu, en pleine communion avec l’Église dont il est le ministre, c’est-à-dire le serviteur.

    Le discernement permet de distinguer toujours, pour ne pas confondre, ne pas faire un amalgame. Le discernement éduque le regard et le cœur, permettant cette délicatesse d’esprit si nécessaire devant celui qui ouvre le sanctuaire de sa conscience pour en recevoir lumière, paix et miséricorde.

    Le discernement est nécessaire aussi parce que, celui qui s’approche du confessionnal, peut venir des situations les plus disparates ; il pourrait aussi avoir des troubles spirituels, dont la nature doit être soumise à un discernement attentif, tenant compte de toutes les circonstances existentielles, ecclésiales, naturelles et surnaturelles. Si le confesseur se rendait compte de la présence de véritables troubles spirituels – qui peuvent aussi être en grande partie psychiques, et cela doit être vérifié à travers une saine collaboration avec les science humaines – il ne devra pas hésiter de faire référence à ceux qui, dans le diocèse, sont chargés de ce ministère délicat et nécessaire, à savoir les exorcistes. Mais ceux-ci doivent être choisis avec un grand soin et beaucoup de prudence.

 

  1. Enfin, le confessionnal est aussi un véritable lieu d’évangélisation. En effet, il n’y a pas d’évangélisation plus authentique que la rencontre avec le Dieu de la miséricorde, avec le Dieu qui est miséricorde. Rencontrer la miséricorde signifie rencontrer le vrai visage de Dieu, tel que le Seigneur Jésus nous l’a révélé.

    Le confessionnal est alors un lieu d’évangélisation et donc de formation. Dans le dialogue, bien que bref, qu’il crée avec le pénitent, le confesseur est appelé à discerner ce qui est plus utile et ce qui est carrément nécessaire au chemin spirituel de ce frère ou de cette sœur ; parfois il sera nécessaire de ré-annoncer les vérités de la foi les plus élémentaires, le noyau incandescent, le kérygme, sans lequel l’expérience de l’amour de Dieu et de sa miséricorde resterait comme muette ; parfois, il s’agira d’indiquer les fondements de la vie morale, toujours en rapport avec la vérité, au bien et à la volonté du Seigneur. Il s’agit d’une œuvre de discernement prompt et intelligent, qui peut faire beaucoup de bien aux fidèles.

    En effet, le confesseur est appelé quotidiennement à se rendre dans les « périphéries du mal et du péché » – ce n’est pas une belle périphérie ! – et son œuvre représente une authentique priorité pastorale. Confesser est une priorité pastorale. S’il vous plaît, qu’il n’y ait pas des panneaux : « Confessions uniquement le lundi, le mercredi de telle à telle heure ». On confesse chaque fois qu’on te le demande. Et si tu es là [dans le confessionnal] en train de prier, tu es avec le confessionnal ouvert, qui est le cœur de Dieu ouvert.

    Chers frères, je vous bénis et je vous souhaite d’être de bons confesseurs : immergés dans la relation avec le Christ, capables de discernement dans l’Esprit-Saint et prêts à saisir l’occasion d’évangéliser.

    Priez toujours pour les frères et sœurs qui s’approchent du sacrement du pardon. Et s’il vous plaît, priez aussi pour moi.

    Et je ne voudrais pas finir sans quelque chose qui m’est venu à l’esprit quand le cardinal préfet a parlé. Il a parlé des clés et de la Vierge Marie, et cela m’a plu et je dirai une chose… deux choses. Cela m’a fait beaucoup de bien quand, étant jeune, je lisais le livre de saint Alphonse Marie de Liguori sur la Vierge Marie : les gloires de Marie. À la fin de chaque chapitre, il y avait toujours un miracle de la Vierge Marie, par lequel elle entrait au milieu de la vie et arrangeait les choses. Et la seconde chose. Sur la Vierge Marie, il y a une légende, une tradition dont on m’a dit qu’elle existe dans le sud de l’Italie : la Vierge des mandariniers. C’est une terre où il y a beaucoup de mandariniers, n’est-ce pas ? Et on dit qu’elle est la patronne des voleurs [il rit ; ils rient]. On dit que les voleurs vont prier là-bas. Et la légende, à ce qu’on dit, est que les voleurs qui prient la Vierge des mandariniers, lorsqu’ils meurent, il y a la queue devant Pierre qui a les clés et qui ouvre pour laisser passer quelqu’un, puis il ouvre et en laisse passer un autre ; et la Vierge Marie, quand elle voit l’un d’entre eux, lui fait signe de se cacher ; et puis lorsqu’ils sont tous passés, Pierre ferme et la nuit tombe et la Vierge Marie l’appelle par la fenêtre et le fait entrer par la fenêtre. C’est un récit populaire mais il est très beau : pardonner avec notre Maman à ses côtés ; pardonner avec sa Mère. Parce que cette femme, cet homme qui vient au confessionnal, a une Mère au ciel qui lui ouvrira la porte et l’aidera au moment d’entrer au ciel. Toujours la Vierge Marie, parce que la Vierge Marie nous aide aussi dans l’exercice de la miséricorde. Je remercie le cardinal pour ces deux signes : les clés et la Vierge Marie. Merci beaucoup.

    Je vous invite – c’est l’heure – à prier ensemble l’Angelus : « Angelus Domini… »

     [Bénédiction]

    Ne dites pas que les voleurs vont au ciel ! Ne dites pas cela. [il rit ; ils rient]

 

Posté par Pierre et Paul à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2017

Comme le dit notre ami Yves:

"Un peu d'humour et beaucoup de vérité dans ce message !!!"

Votez Jesus Christ

Posté par Pierre et Paul à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2017

Pire crise humanitaire...

   Juste pour rappeller quant dehors des "petites querelles de clochers", qui sèment divisions et contre-témoignage, d'autres meurent chaque jour par manque de besoins élémentaires...Seigneur prend pitié!!!!

le 11/03/2017 à 16:42, mis à jour le 12/03/2017 à 07:16
1
            
Un enfant sous-alimenté dans un hôpital à Awell, au Soudan du Sud, le 11 octobre 2016 ( AFP/Archives / ALBERT GONZALEZ FARRAN )
Un enfant sous-alimenté dans un hôpital à Awell, au Soudan du Sud, le 11 octobre 2016 ( AFP/Archives / ALBERT GONZALEZ FARRAN )

  Les Nations Unies ont averti que la planète était confrontée à la "pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale", avec un risque de malnutrition et de famine pour 20 millions d'habitants de trois pays d'Afrique et au Yémen.

  Somalie, Soudan du Sud, Nigeria et Yémen, tous en proie à des conflits armés, sont les pays cités dans la déclaration faite vendredi devant le Conseil de sécurité par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, Stephen O'Brien.

  Le responsable qui s'est rendu au début du mois au Yémen, au Soudan du Sud et en Somalie, a lancé un appel à une mobilisation urgente, réclamant 4,4 milliards de dollars à la communauté internationale d'ici juillet pour "éviter une catastrophe."

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence de l
Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, Stephen O'Brien (R), se penche vers une femme et son enfant malnutris dans un centre de stabilisation à Ganyiel, dans le comté de Panyijiar, au Sud-Soudan, le 4 mars 2017 ( AFP / Albert Gonzalez Farran )

  "Les Nations Unies lancent un avertissement, le monde fait face à sa pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, avec plus de 20 millions de gens confrontés à la faim et à la famine dans quatre pays", a-t-il déclaré.

  "Sinon, on peut prédire que beaucoup de gens vont mourir de faim, perdre leurs moyens de subsistance et voir annulés les acquis politiques durement gagnés au cours des dernières années", a ajouté M. O'Brien.

  "Sans des efforts collectifs et coordonnés à l'échelle mondiale, des gens vont tout simplement mourir de faim. Beaucoup d'autres vont souffrir et mourir de maladie. Des enfants vont être retardés (dans leur développement) et manqueront l'école. Des moyens d'existence, des avenirs et des espoirs seront perdus", a averti le secrétaire général adjoint.

Des Yéménites assis à l'extérieur de leur tente dans un camp de déplacés &agra
Des Yéménites assis à l'extérieur de leur tente dans un camp de déplacés à la périphérie de la ville de Taez, au sud du pays, le 11 janvier 2017 ( AFP / Ahmad AL-BASHA )

  Le Yémen, a-t-il souligné, est actuellement le théâtre de la "pire crise humanitaire au monde". Deux tiers de sa population - 18,8 millions de personnes - ont besoin d'assistance et plus de sept millions "ignorent d'où proviendra leur prochain repas", a-t-il dit en faisant état de déplacements massifs de populations, déracinées par les combats entre forces gouvernementales et houthistes.

  Le conflit a déjà fait plus de 7.400 morts et 40.000 blessés depuis mars 2015, selon l'ONU.

  De récents accords entre les belligérants ont permis l'acheminement d'une aide alimentaire à 4,9 millions de personnes le mois derniers. "Pourtant, toutes les parties au conflit refusent arbitrairement un accès durable aux humanitaires et instrumentalisent l'aide à des fins politiques", a déclaré M. O'Brien.

  Il a estimé que 2,1 milliards de dollars étaient nécessaires pour aider 12 millions de gens et annoncé qu'une conférence au niveau ministériel aurait lieu le 25 avril à Genève en présence du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour lever des fonds.

  - 'Plus rien pour survivre ' -

Famine au Soudan du Sud
Famine au Soudan du Sud ( AFP / Jean Michel CORNU, Vincent LEFAI )

  Au Soudan du Sud, M. O'Brien a dit avoir trouvé "la situation pire que jamais", en raison de la guerre civile qui ravage le pays depuis décembre 2013.

  Les parties du conflit sont responsables de la famine, a-t-il accusé.

  Plus de 7,5 millions de personnes ont besoin d'aide, soit 1,4 million de plus que l'an dernier, dans ce pays qui compte 3,4 millions de déplacés.

  En Somalie, c'est plus de la moitié de la population -- 6,2 millions d'habitants -- qui a besoin d'aide et de protection, dont 2,9 millions menacés par la famine.

Baarlin Hassan Nuur, 30 ans, et son fils de 7 mois Zakaria souffrant d'une malnutrition aiguë, dans un centre g&eac
Baarlin Hassan Nuur, 30 ans, et son fils de 7 mois Zakaria souffrant d'une malnutrition aiguë, dans un centre géré par l'ONG somalienne et partenaire de l'UNICEF SAACID à Mogadiscio le 25 mars 2015 ( AFP/Archives / CARL DE SOUZA )

  Près d'un million d'enfants de moins de 5 ans souffriront cette année de grave malnutrition, a-t-il dit, dans ce pays plongé depuis près de trois décennies dans le chaos et la violence entretenus par des milices claniques, des gangs criminels et l'insurrection des islamistes shebab.

  "Ce que j'ai vu et entendu lors de ma visite en Somalie était bouleversant - des femmes et enfants marchent des semaines à la recherche de nourriture et d'eau".

  "Ils ont perdu leur bétail, les sources d'eau potable se sont asséchées et ils ne leur reste plus rien pour vivre", a-t-il noté, ajoutant qu'on assistait à un vaste mouvement de population vers les centres urbains.

Quatre pays menacés par la famine
Quatre pays menacés par la famine ( AFP / jgd )

  Enfin, dans le nord-est du Nigeria, théâtre de l'insurrection des islamistes de Boko Haram depuis 2009, frappé par le changement climatique et victime de la mauvaise gouvernance, plus de 10 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, dont 7,1 millions sont "confrontées à une grave précarité alimentaire", a dit M. O'Brien.

  Lors de la Conférence d'Oslo sur le Nigeria et le bassin du lac Tchad le mois dernier, des contributions à hauteur de 672 millions de dollars ont été annoncées, en deçà de l'appel, fixé à 1,5 milliard de dollars.

                     
 .

           
         
 
Vite ! Jusqu'au 23 mars, le forfait RED by SFR 20 Go à seulement 10€/mois
RED 20Go = 10€/mois
 
Ayez toujours le choix parmi les derniers smartphones Samsung avec Up2You
Up2You
 
"Le Logiciel de Retouche Photo Super Rapide et Super Simple"
La
mier vendeur d' armes sur la planète, a le droit de se taire et de s' enfermer dans sa honte...!
     

Posté par Pierre et Paul à 16:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 janvier 2017

"Merci Pape François"!!!

Monseigneur Di Falco, remercie le Pape François

Cher pape François,

            En ce début d'année 2017, merci de poursuivre ce que vous avez entrepris depuis votre élection pour réformer l'Église universelle et la Curie. Vous nous incitez à être plus fidèles à l'Évangile, et cela, malgré les contradictions et les oppositions que vous rencontrez, et notamment de la part de ceux qui devraient vous soutenir au sein même de la curie et des épiscopats.

Rien qu'en ce mois de janvier…

Merci pour le dicastère au service du développement humain intégral, institué ce 1er janvier, où vous avez pris personnellement en charge la section concernant les migrants et les réfugiés. Vous nous rappelez ainsi l'attention qui doit être celle des chrétiens pour tout être humain, peu importe son origine, sa religion, sa culture, son histoire.

Merci pour votre présence paternelle auprès des populations sinistrées des tremblements de terre en Italie, dans le diocèse de mon ami Mgr Renato Boccardo. En ce mois de janvier, en la fête du baptême du Seigneur, vous avez baptisé des enfants nés dans les villages victimes du séisme de cet été. Vous nous montrez ainsi que la vie est plus forte que la mort et que se faire proche de l'autre rend plus fort, plus humain.

 

Merci en ce jeudi 19 janvier, au cours de la semaine de l'unité qui vient de se dérouler, d'avoir dit que Luther souhaitait « renouveler l'Église, et non la diviser ». Vous nous rappelez ainsi que, comme dans tout divorce, les torts sont partagés. Rejeter toute la faute sur l'autre est un mauvais moyen de défense.

Merci en ce samedi 21 janvier d'avoir proposé, devant des juges et avocats de l'Église, « des antidotes pour éviter la multiplication des mariages nuls ». Tant de personnes croient que dès lors que la célébration à l'église a eu lieu, tout est bouclé, il n'y a plus rien à dire ni à faire. Il est facile de fermer les yeux sur tous ces mariages nuls qui s'ignorent, de décliner toute responsabilité dans ces mariages qui en fait n'en sont pas.

Merci pour la création, à votre demande, d'une commission à la Congrégation pour le culte divin chargée de débloquer la situation concernant les nouvelles traductions liturgiques. Vous faites confiance aux évêques et au travail des experts dans les diverses sphères linguistiques concernées. Vouloir traduire mot à mot, c'est trahir. Vous nous rappelez l'importance de l'inculturation, l'importance d'être davantage fidèle à l'esprit qu'à la lettre.

Merci de vous être montré ferme dans le conflit qui vous opposait au grand maître de l'Ordre de Malte. Comme si s'appeler « Ordre souverain de Malte » voulait dire être « souverain » par rapport à vous. Nous rendons grâce qu'en ce mercredi 25 janvier le grand-maître ait accepté de démissionner. L'Église est une communauté de foi qui agit avec et sous Pierre, « cum et sub Petro », et non pas sans et contre Pierre.

Dans ce qui vous oppose aux cœurs étriqués et formalistes, dans ce combat contre certains courants qui ne savent que dire « non » et souhaitent que tout reste comme avant, nombreux sont ceux qui veulent vous assurer de leur soutien. Car vous nous rappelez que Jésus est venu dire « oui » : oui à la vie, oui à l'amour, oui à la miséricorde, oui au pardon, et qu'il est venu dans le monde non pour le juger ni le condamner, mais pour le sauver (cf. Jean 3,17). Il aime chacun de nous, surtout les plus faibles, les plus démunis, les plus désemparés.

Ainsi que me le disait un jour un ami, animateur de télévision très connu : « Je n'attends pas que l'Église me dise que ce que je fais est mal, car, ça, je suis suffisamment grand pour le savoir, mais ce que j'attends d'elle, c'est qu'elle m'aime. »

Très cher pape François. Tous les cœurs meurtris se sentent aimés de vous. Grâce à vos paroles et à vos actes, ils apprennent à se libérer de ceux qui les condamnent et les enferment. Personne n'est définitivement enfermé dans son passé, dans son histoire, seuls sont prisonniers de leur destin ceux qui ont perdu toute espérance. Ce sont les hommes qui jugent et humilient, pas le Christ ! Merci, cher Pape François, de faire renaître cette Espérance dans les cœurs.

 

 

Posté par Pierre et Paul à 12:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]