26 juin 2018

marche pour ne pas mourir...

<iframe width="640" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/2QXEWduILEY" frameborder="0" allow="autoplay; encrypted-media" allowfullscreen></iframe>

Cliquer sur le lien surligné...

Posté par Pierre et Paul à 20:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


10 novembre 2017

NOS EGLISES ET NOS PRESBYTERE 2

Suite à notre premier article du 2 octobre dernier, Yves nous écrit : "un seul commentaire, ce n’est pas beaucoup !" 
Non en effet, surtout sur un tel sujet.

Un seul "petit poisson" ? Laissons Notre Seigneur le multiplier Lui-même !

Notre article était déjà prêt pour aujourd’hui. Nous répondrons au vôtre Yves, dès la semaine prochaine, car l’aspect que vous abordez, est primordial. 

2 

Petite histoire racontée par Pierre RABBI (agriculteur-penseur-écrivain)

imagesLMBZ9S1H

 "Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s'active, allant chercher quelques gouttes d'eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d'un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : "Colibri ! Tu n'es pas fou ? Tu crois que c'est avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ?"
"Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part".
 

"FAIRE SA PART"

N’est-ce-pas là une vision éminemment évangélique ?
Car dans le fond, n’est-ce pas là également la seule chose que Notre Seigneur nous demande ?
Notre part d’amour ; notre part de don ; notre part de joie ; notre part de partage ; notre part de prière !
Notre part de VIE, là où nous sommes et comme nous sommes !

Alors en réfléchissant à cela, à quelques-uns(es), nous avons choisi de faire la nôtre en créant une association : l’A.R.P.
                          "Association Réveil Paroisse"

Objet :
"Cette association a pour objet l’initiation, la promotion, la réalisation et l’accompagnement de toutes actions visant au développement des paroisses qui s’adressent à elle, que ce soit sur le plan matériel, aussi bien que sur celui de la formation humaine et spirituelle ou de l’organisation. Elle les aidera à trouver leur propre orientation. Elle peut être appelée pour cela et selon ses possibilités à créer toute structure nécessaire à son but et à mener les actions de recherche de financements adéquates, y compris commerciales."

C’est une association autonome qui ne dépend ni de notre Paroisse, ni de notre Evêché, ni de notre Mairie et qui ne rend de compte qu’à elle-même - il est très important de le noter d’emblée - mais qui par contre veut se mettre au service de chacun d’eux.

Son siège social se situe au Presbytère de l’Église Saint Jean-Marie Vianney à La Grave de Peille (06440), communauté locale de notre paroisse.

La vocation de notre association est donc de susciter et mutualiser des bonnes volontés autour d’un projet, qu’il soit matériel, spirituel ou organisationnel comme vous avez pu le lire dans notre objet.

Une première urgence, d’ordre matériel celle-ci, nous est apparue : l’état de délabrement de notre église locale (La Grave de Peille), que nous jugeons comme "indigne", ainsi que la vétusté de son presbytère. (Pour la petite histoire nous sommes encore sous baguettes électriques en bois, fils en tissus et fusibles en porcelaine. Vives les années 50 !)

Nul ne pourra régler l’ampleur des dépenses seul, pas même notre association cela va sans dire.

Alors les petits colibris que nous sommes ont déjà monté une opération modeste de collecte publique de ferraille, le 22 octobre dernier. 

RERAILLE 22 10 17

Une partie de l’équipe : Arnaud, François et Stéphane de jeunes bénévoles de la commune ; David P. notre chauffeur, employé municipal délégué par la mairie de Peille ;Jean-Louis S., voisin fidèle et solidaire ; Marie-Christine D., Apolline J. et Jean-Marie K., membres de l’Association initiatrice. 

Était-ce la meilleure idée, tant le prix de la ferraille a chuté ? (90 euros la tonne) 
Nous avons récolté, avec l’aide précieuse et décisive de la Mairie de Peille, la bonne volonté de beaucoup et avec également un don en nature (ferraille) de l’entreprise Vicat de La Grave de Peille la somme totale de 1585 euros. (Colibri un jour, colibri toujours !)

Bien sûr cela ne représente que le dixième de la somme nécessaire pour refaire l’électricité du presbytère, ou encore l’équivalent de trois fenêtres double vitrage pour mieux l’isoler par exemple. (Destination choisie en l’occurrence, courage ils n’en restent plus que 9 !)

Il fallait faire un premier pas, celui-ci est dorénavant posé !

D’ailleurs pour être tout à fait juste, il y en a eu d’autres : les pas de la mairie pour refaire l’étanchéité du

P1000823

toit de l’église (ça y est,  il ne pleut plus à l’intérieur) et les pas de notre paroisse pour refaire une partie de l’électricité dans la partie qui reçoit du public (salle dite "du caté").

Pour modeste qu’ait été le résultat, il a fallu pour l’obtenir dépenser un peu de sous. (pas trop rassurez-vous)
Aucun projet ne peut se monter sans cela.

C’est pourquoi l’association, qui se veut transparente, a pris la décision de prélever systématiquement 10% des gains qu’elle suscitera, ainsi que des dons numéraires, pour ses frais de gestion.
Les 90% restants iront intégralement à la réalisation "effective" des projets.
[Nous voulons à ce sujet remercier ici tout particulièrement monsieur Georges M. de Peille qui, "n’ayant pas de ferraille à nous donner" (sic), nous a offert un chèque de 50 euros, notre premier don, si important par l’encouragement qu’il a suscité chez nous.].

Le pape François fait observer dans sa lettre du 27 avril 2016 que les laïcs aussi ont des solutions à proposer :
"Il n'est pas logique – même impossible – de penser qu'en tant que pasteurs nous devrions avoir le monopole des solutions face aux nombreux défis de la vie contemporaine (...). Nous devons être aux côtés de nos fidèles, les accompagnants dans leur recherche, et en stimulant l'imagination de façon à répondre aux problématiques actuelles".
 

A nos encouragements et n’oublions pas, prions sans cesse !

Posté par Pierre et Paul à 07:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 novembre 2017

NOS ÉGLISES ET NOS PREBYTÈRES…

 
L’AFFAIRE DE QUI ?

Et oui, des églises doivent être détruites !             

   
   

geste

                                                                                                             

   
   

 Ça se passe chez nous, dans NOTRE FRANCE,
"Fille aînée de l’Église" !

Ça commence par une petite infiltration d’eau anodine sous le toit et ça peut finir par cette photo qui nous a choqués dès le premier regard.
"Mal à mon église ! Mal à ma paroisse !"

A qui incombe la faute d’un tel état de délabrement que seule la destruction peut enrayer ?
Vaste sujet entouré de polémiques virulentes souvent !

Denier de l’Église bien moins important que certaines légendes tenaces et partisanes le plus souvent voudraient faire croire ; finances des communes, assez généralement propriétaires des lieux, mais aux priorités légitimement plus importantes : voilà déjà deux éléments explicatifs.

Mais ne regarder que ce seul volet financier, ne serait-il pas pour nous, chrétiens, catholiques, fidèles, paroissiens tout à la fois une façon de nous dédouaner et de nous déresponsabiliser ?
Nous posons déjà la question.

Le propos ici n’est pas de désigner dans une vindicte stérile le ou les responsables, car à notre avis en ce domaine nous le sommes tous.
Nous irons même jusqu’à dire croyants et non-croyants !
Deux termes un peu "fourre-tout" à vrai dire, tant dans chacune de ces catégories il y a des motivations, des besoins, des aspirations, des idéologies même, bien différentes.

Les églises de nos villages, très au-delà de la foi, restent un "bien commun" ; un repaire rassurant ; une "mémoire collective" ; une identité.
Qui n’y passe pas un jour, même encore une fois les non-croyants, ne serait-ce que pour l’enterrement d’un ami, d’une connaissance ou d’un membre de sa famille ?

Quand le bâtiment d’une église est en péril, on entend trop souvent dans nos communautés catholiques locales :"mais que fait la Mairie ?".

Mais nous catholiques, pratiquants ou non, premiers bénéficiaires et utilisateurs des lieux, n’aurions-nous que des droits et aucuns devoirs ?

Encore une question posée !

Cependant pour y répondre, il nous parait nécessaire, voir indispensable, de s’en être posé une autre au préalable :"dans le fond, c’est quoi une paroisse ?".

Dans son livre "Paroisses, réveillez-vous !" (Éditions de l’Emmanuel), Monseigneur REY écrit (p.59) :
"Le canon 515 du Code de Droit canonique invite à considérer la paroisse d’abord comme une communauté sacramentelle. On ne peut donc pas se contenter d’une dimension géographique si l’on ne crée pas les conditions d’existence d’une véritable communauté théologale, eucharistique et confessante. D’où la nécessité de créer des pôles paroissiaux…..et signifier la présence conséquente des chrétiens au cœur du monde.)

Donc c’est d’abord "une communauté sacramentelle", communautairement priante, qui doit amener à  "une présence plus conséquente des chrétiens au cœur du monde" et plus volontaire peut-on ajouter.

Volontaire ?
Le sommes-nous réellement au point de saisir nous-même une partie des besoins conséquents de certains de nos bâtiments, non pas comme un confort égoïste et seulement esthétique, mais comme une des marques d’une communauté vivante et par là, évangélisatrice.

Car ne nous y trompons pas, il ne s’agit pas tant ici de sauver simplement des "chefs-d’œuvres en périls", pour un nombre parfois restreint d’usagers élitistes, mais bien plutôt de rendre témoignage de la vivacité d’un peuple qui accepte de se laisser conduire par l’Esprit Saint.

Nous attendons beaucoup des autres mais nous demandons-nous ce que les autres attendent de nous ?

A vos commentaires et réponses !
Nous donnerons une réponse plus personnelle la semaine prochaine.

 

Posté par Pierre et Paul à 19:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mars 2017

Pire crise humanitaire...

   Juste pour rappeller quant dehors des "petites querelles de clochers", qui sèment divisions et contre-témoignage, d'autres meurent chaque jour par manque de besoins élémentaires...Seigneur prend pitié!!!!

le 11/03/2017 à 16:42, mis à jour le 12/03/2017 à 07:16
1
            
Un enfant sous-alimenté dans un hôpital à Awell, au Soudan du Sud, le 11 octobre 2016 ( AFP/Archives / ALBERT GONZALEZ FARRAN )
Un enfant sous-alimenté dans un hôpital à Awell, au Soudan du Sud, le 11 octobre 2016 ( AFP/Archives / ALBERT GONZALEZ FARRAN )

  Les Nations Unies ont averti que la planète était confrontée à la "pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale", avec un risque de malnutrition et de famine pour 20 millions d'habitants de trois pays d'Afrique et au Yémen.

  Somalie, Soudan du Sud, Nigeria et Yémen, tous en proie à des conflits armés, sont les pays cités dans la déclaration faite vendredi devant le Conseil de sécurité par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, Stephen O'Brien.

  Le responsable qui s'est rendu au début du mois au Yémen, au Soudan du Sud et en Somalie, a lancé un appel à une mobilisation urgente, réclamant 4,4 milliards de dollars à la communauté internationale d'ici juillet pour "éviter une catastrophe."

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence de l
Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, Stephen O'Brien (R), se penche vers une femme et son enfant malnutris dans un centre de stabilisation à Ganyiel, dans le comté de Panyijiar, au Sud-Soudan, le 4 mars 2017 ( AFP / Albert Gonzalez Farran )

  "Les Nations Unies lancent un avertissement, le monde fait face à sa pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, avec plus de 20 millions de gens confrontés à la faim et à la famine dans quatre pays", a-t-il déclaré.

  "Sinon, on peut prédire que beaucoup de gens vont mourir de faim, perdre leurs moyens de subsistance et voir annulés les acquis politiques durement gagnés au cours des dernières années", a ajouté M. O'Brien.

  "Sans des efforts collectifs et coordonnés à l'échelle mondiale, des gens vont tout simplement mourir de faim. Beaucoup d'autres vont souffrir et mourir de maladie. Des enfants vont être retardés (dans leur développement) et manqueront l'école. Des moyens d'existence, des avenirs et des espoirs seront perdus", a averti le secrétaire général adjoint.

Des Yéménites assis à l'extérieur de leur tente dans un camp de déplacés &agra
Des Yéménites assis à l'extérieur de leur tente dans un camp de déplacés à la périphérie de la ville de Taez, au sud du pays, le 11 janvier 2017 ( AFP / Ahmad AL-BASHA )

  Le Yémen, a-t-il souligné, est actuellement le théâtre de la "pire crise humanitaire au monde". Deux tiers de sa population - 18,8 millions de personnes - ont besoin d'assistance et plus de sept millions "ignorent d'où proviendra leur prochain repas", a-t-il dit en faisant état de déplacements massifs de populations, déracinées par les combats entre forces gouvernementales et houthistes.

  Le conflit a déjà fait plus de 7.400 morts et 40.000 blessés depuis mars 2015, selon l'ONU.

  De récents accords entre les belligérants ont permis l'acheminement d'une aide alimentaire à 4,9 millions de personnes le mois derniers. "Pourtant, toutes les parties au conflit refusent arbitrairement un accès durable aux humanitaires et instrumentalisent l'aide à des fins politiques", a déclaré M. O'Brien.

  Il a estimé que 2,1 milliards de dollars étaient nécessaires pour aider 12 millions de gens et annoncé qu'une conférence au niveau ministériel aurait lieu le 25 avril à Genève en présence du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour lever des fonds.

  - 'Plus rien pour survivre ' -

Famine au Soudan du Sud
Famine au Soudan du Sud ( AFP / Jean Michel CORNU, Vincent LEFAI )

  Au Soudan du Sud, M. O'Brien a dit avoir trouvé "la situation pire que jamais", en raison de la guerre civile qui ravage le pays depuis décembre 2013.

  Les parties du conflit sont responsables de la famine, a-t-il accusé.

  Plus de 7,5 millions de personnes ont besoin d'aide, soit 1,4 million de plus que l'an dernier, dans ce pays qui compte 3,4 millions de déplacés.

  En Somalie, c'est plus de la moitié de la population -- 6,2 millions d'habitants -- qui a besoin d'aide et de protection, dont 2,9 millions menacés par la famine.

Baarlin Hassan Nuur, 30 ans, et son fils de 7 mois Zakaria souffrant d'une malnutrition aiguë, dans un centre g&eac
Baarlin Hassan Nuur, 30 ans, et son fils de 7 mois Zakaria souffrant d'une malnutrition aiguë, dans un centre géré par l'ONG somalienne et partenaire de l'UNICEF SAACID à Mogadiscio le 25 mars 2015 ( AFP/Archives / CARL DE SOUZA )

  Près d'un million d'enfants de moins de 5 ans souffriront cette année de grave malnutrition, a-t-il dit, dans ce pays plongé depuis près de trois décennies dans le chaos et la violence entretenus par des milices claniques, des gangs criminels et l'insurrection des islamistes shebab.

  "Ce que j'ai vu et entendu lors de ma visite en Somalie était bouleversant - des femmes et enfants marchent des semaines à la recherche de nourriture et d'eau".

  "Ils ont perdu leur bétail, les sources d'eau potable se sont asséchées et ils ne leur reste plus rien pour vivre", a-t-il noté, ajoutant qu'on assistait à un vaste mouvement de population vers les centres urbains.

Quatre pays menacés par la famine
Quatre pays menacés par la famine ( AFP / jgd )

  Enfin, dans le nord-est du Nigeria, théâtre de l'insurrection des islamistes de Boko Haram depuis 2009, frappé par le changement climatique et victime de la mauvaise gouvernance, plus de 10 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, dont 7,1 millions sont "confrontées à une grave précarité alimentaire", a dit M. O'Brien.

  Lors de la Conférence d'Oslo sur le Nigeria et le bassin du lac Tchad le mois dernier, des contributions à hauteur de 672 millions de dollars ont été annoncées, en deçà de l'appel, fixé à 1,5 milliard de dollars.

                     
 .

           
         
 
Vite ! Jusqu'au 23 mars, le forfait RED by SFR 20 Go à seulement 10€/mois
RED 20Go = 10€/mois
 
Ayez toujours le choix parmi les derniers smartphones Samsung avec Up2You
Up2You
 
"Le Logiciel de Retouche Photo Super Rapide et Super Simple"
La
mier vendeur d' armes sur la planète, a le droit de se taire et de s' enfermer dans sa honte...!
     

Posté par Pierre et Paul à 16:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 juin 2014

Sortie paroissiale

C'est samedi dernier (le 21/06/14) qu'a eu lieu notre sortie paroissiale.

A 7h30, une quarantaine de paroissiens sont partis en car de l'Escarène pour ce rendre à Cotignac dans le var.

Nous nous sommes d'abord arrêtés au Monastère Saint-Joseph du Bessillon (seul lieu d'apparition de St Joseph); Une communauté de religieuses bénédictines y est installée depuis 1975.

collage7

En 1660, St Joseph est apparu à un berger assoiffé en lui disant:"Je suis Joseph, enlève,le rocher et tu boiras". Gaspard enlève,aisémment le rocher et boit. Il part prévenir le village qui accourt, sachant bien qu'il n'y avait pas d'eau à cet endroit. Il faudra alors une dizaine d'hommes pour enlever le rocher.

 

Puis, nous nous sommes rendus au Sanctuaire de Notre Dame des Grâces.

Cotignac est vraiment un lieu exceptionnel, puisqu'il y a eu, non seulement une apparition de St Joseph, mais aussi deux apparitions de la Vierge Marie.

22c

1ères apparition, en 1519 à Jean de la Baume a qui la Vierge Marie demande la construction d'une église  à Cotignac.

Secondes apparitions en 1637 au frère Fiacre, concernant Louis XIII et Anne d'Autriche qui n'avaient toujours pas d'enfant après 20 ans de mariage. Ces derniers devaient demander 3 neuvaines de prières à la Sainte Vierge, alors un fils leur serait donné; Neuf mois après la fin des neuvaines, nait Louis XIV. Louis XIII décide de consacrer le pays entier à Notre-Dame. Une plaque fut apposée dans l'église par Louis XIV après la mort de sa mère.

Puis, nous allès jusqu'à la chapelle St Bernard:

333c

N'hésitez pas à vous rendre vous aussi sur ce lieu unique dans le monde!

Posté par Pierre et Paul à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2013

Le Saint curé d'Ars

 

 

la grave de peille

 

Deux de nos paroissiens, partis de l'église St Jean-Marie Vianney à la Grave de Peille,  se sont rendus  à Ars, village du saint curé.

Très touchés par  le lieu, par la vie de Jean-Marie Vianney, ils nous offrent , par ce petit reportage, un moment de partage.

"Je te montrerai le chemin du ciel" avait-il répondu au petit berger qui lui montrait la route d'Ars.

Le saint curé invite chacun à se laisser sanctifier par Dieu, à prendre les moyens de cette union à Dieu, ici-bas et pour l'éternité; un appel universel à la sainteté.

 

Scan2

 

                                                            

  OScan8rdonné prêtre en 1815, Jean-Marie Vianney est nommé à Ars en 1818. Nuit et jour devant le tabernacle, il prie le seigneur pour la conversion de ses paroissiens.

  Peu à peu, il réveille leur foi par ses  prédications mais surtout par sa prière et son témoignage; il fonde un orphelinat, prend soin des plus pauvres.

 Sa réputation de confesseur attire de nombreux pélerins cherchant auprès de lui le pardon et la paix.

 Assailli par bien des épreuves, il garde son coeur enraciné dans l'amour de Dieu et de ses frères.

 Ses catéchismes et ses homélies parlent surtout de la bonté et de la miséricorde de Dieu.

  Prêtre tout donné à Dieu, à ses paroissiens et aux pélerins, il meurt le 4 août 1859. Béatifié en 1905,il sera déclaré le 12 avril de la même année "patron des prêtres de France" par Pie X.

  En 1929, 4 ans après sa canonisation, le pape Pie XI le déclarera "patron de tous les curés de l'univers".

 Le Pape jean-paul II ne dira pas autre chose en rappelant à trois reprises: "Le curé d' Ars demeure pour tous les pays un modèle hors pair, à la fois de  l'accomplissement du ministère et la sainteté du ministre".                            

  

   SON EGLISE

   Lorsque l'abbé Vianney arriva à Ars, l'église du XIème siècle ne comportait qu'une nef et une chapelle (celle de la Vierge). Petit à petit, il fit construire les autres chapelles.

   La Basilique fut construite par l'architecte Bossan après la mort de J-M Vianney, en 1862.

   On a conservé les deux bâtiment (basilique et église) qui restent accolées La châsse contenant son corps intact est exposé dans la chapelle droite.

 

10

  

P1000367

  

P1000368

Scan4

   Construite en 1931, elle contient le reliquaire du coeur du Saint Curé

 d'Ars.

 

                                                

 

 

 

 

                                


   LA LANTERNE DES CIERGES 

                                                                                                

P1000374

                                                                                         

     Elle accueille la célèbre statue du curé d'Ars en prière, réalisée par Cabuchet. Chacun peut y déposer un cierge, signe de notre prière et de notre confiance en son intercession. 

 

 

P1000328     Le curé d'Ars y vécut 41 ans. Le presbytère est resté dans l'état où il se trouvait à sa mort, tout spécialement sa chambre:

                                                    

1              (voir autres photos dans l'album)                                              

                                                            

 

 

Scan1

 

Hanté par le salut des hommes

C'est peut-être cela qui résume le plus ce qu'a été le Saint Curé pendant ses 41 ans de présence à Ars.

Hanté par le salut des âmes, tout spécialement de ceux qui venaient à lui ou dont il avait la charge; que chacun puisse goûter la joie de connaître Dieu et de l'aimer, de savoir qu'il nous aime...

 

P1000361

 

        Martyr du confessionnal

        A partir de 1830, des milliers de personnes viendront à Ars se confesser à lui (plus de 100 000 en 1859); il passait ainsi jusqu'à 17 heures par jour dans son confessionnal pour réconcilier les hommes avec Dieu et entre eux. Pris par l'amour de Dieu, émerveillé devant la vocation de l'homme, il mesurait la folie d'être séparé de Dieu.

 

Scan50002

 

 

Paroles du Saint curé d'Ars....

* "Combien l'homme sentirait son bonheur s'il avait la foi...Mais la foi vive."

* "L'homme juste qui vit de la foi est semblable à une jeune treille de muscats  chargée de raisins: il répand autour de lui la bonne odeur de ses vertus et l'abondance de ses oeuvres"

* " Par la foi, nous croyons ce que Dieu nous a promis; nous croyons que nous le verrons un jour, que nous le posséderons, que nous serons éternellement avec Lui dans le ciel"

 

PRIERE A SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

                             Saint jean-marie Vianney, montre moi le" chemin du ciel",

                            le chemin de la vie de Dieu.

                            Donne-moi le bonheur d'aimer Jésus et de le faire aimer.

                            Apprends-moi a aimer toujours plus le sacrement de l'Eucharistie

                            et celui du pardon.

                            C'est là que je vais rencontrer Jésus

                            et recevoir son amour.

                            Fait-moi découvrir que l'Evangile est un guide pour aimer            

                           et servir les autres avec joie,

                            surtout les plus pauvres.

                            Tu es un modèle pour tous les prêtres, je viens te prier pour eux,

                           surtout pour ceux que je connais.

                           Saint Curé d'Ars, fais grandir en moi

                           le désir d'être un saint.

                           Amen.

 

 

 

 

 

 

 

 

                                         

 

 

  

   

 

Posté par Pierre et Paul à 02:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,