Le Synode débattra "ouvertement et sans préjugé" sur l'avortement, les préservatifs et l'homosexualité                                                                                                                                                                                                                                                                             

Publié le 19 Juin 2018

 

Jesús Bastante dans son article du mardi 19 juin 2018 nous montre un bain de réalité. C'est ce qui ressort de l'"Instrumentum Laboris" du prochain Synode des Jeunes, qui a été présenté à midi et dans lequel le Vatican admet que "beaucoup de jeunes catholiques ne suivent pas les indications de la morale sexuelle de l'Église".

 

C’est que les garçons et les filles catholiques ne sont pas satisfaits, la plupart du temps, avec les enseignements de l'Église sur les «questions controversées», telles que les contraceptifs, l'homosexualité, l'avortement, le mariage ou la question du genre. "Les jeunes discutent déjà librement et sans tabous".

 

Sur 67 pages et 214 points, le texte, présenté par le cardinal Baldisseri, admet que nous devons débattre «ouvertement et sans préjugé» de ces questions et d'autres, allant du chômage aux nouvelles technologies, en passant par les défis des migrations, du travail précaire, de l'esclavage, des drogues et même du rôle des femmes.

 

La corruption ou la pédophilie sont d'autres points que les jeunes considèrent pertinents. Ainsi, il est admis, qu’il y a beaucoup de jeunes pour qui l'Église suppose une présence «agaçante et irritante». Face aux scandales, ils exigent que l'institution «renforce sa politique de tolérance zéro contre les abus sexuels au sein de ses institutions». Et, en outre, elle sache communiquer son message, «justifiant ses positions doctrinales et éthiques face à la société contemporaine».

 

Les jeunes veulent aussi «que l'Église soit une institution qui brille par son exemple, sa compétence, sa coresponsabilité et sa solidité culturelle», «qu'elle partage leur situation de vie» et que ce «ne soit pas seulement des sermons». Surtout, ajoute-t-ils, la "hiérarchie ecclésiastique" est appelée à rendre l'Église "transparente, accueillante, honnête, attractive, communicative, accessible, joyeuse et interactive".

 

L'intention du document, qui servira de base aux débats synodaux (entre le 3 et le 24 octobre), est de «donner la parole» aux jeunes, puisque la discussion synodale est réservée aux évêques. En ce sens, le document du Vatican s'engage «à ouvrir et à ne pas fermer, à soulever des questions et à soulever des questions sans suggérer des réponses préétablies», et que les jeunes sentent qu'on leur accorde une «vraie importance» qu'ils méritent. Que l'Église les traite sérieusement.

 

«Les jeunes veulent une Église authentique, une communauté transparente, accueillante, honnête, attrayante, communicative, accessible, heureuse et interactive», ajoute l'Instrumentum Laboris, divisé en trois parties : Reconnaître, Interpréter et Choisir. Un aspect de «voir, juger et agir», avec une variante : à cette occasion, les solutions finalistes ne sont pas recherchées, mais «des pas concrets», face à une réalité qui, à l'occasion, distancie les jeunes de l'Église.