Le cardinal Kasper sur Amoris laetitia : arrêtons de parler d'hérésies, les fidèles ont compris                                                                                                                                                                                                                                                                             

Publié le 5 Mars 2018

"La tradition n'est pas un lac stagnant, mais c'est comme une source, une rivière : c'est une chose vivante. L'Église est un organisme vivant et la tradition catholique toujours valide doit être traduite dans la situation actuelle. C'est le sens de la mise à jour dont parlait le Pape Jean XXIII". C'est ce qu'a déclaré le cardinal Walter Kasper, aujourd'hui âgé de 85 ans, interrogé par Vatican News comme le montre l’article d’Andrea Tornielli pour Vatican Insider ce lundi 5 mars 2018.

 

Le cardinal allemand vient d'envoyer le livre "Le Message d' Amoris Laetitia. Une discussion fraternelle" dans les bibliothèques et dans l'interview il affirme que les fidèles ont compris le message de l'exhortation apostolique, en invitant certains à arrêter avec les accusations d'hérésie. Kasper, dans les premières pages de son livre, souligne qu'Amoris laetitia n'est pas une doctrine nouvelle, mais un renouvellement créatif de la tradition au sens de la mise à jour dont parlait Jean XXIII

 

Á propos de la célèbre «note 351» d’Amoris laetitia sur l’admission aux sacrements des divorcés remariés, Kasper dit qu’elle doit être lue à la lumière du décret du concile de Trente sur l'Eucharistie. Comme le montre le cardinal : «Si ce n'est qu'un péché véniel, la personne peut être absoute et être admise au sacrement de l'Eucharistie. Cela correspond déjà à la doctrine du pape Jean-Paul II et, en ce sens, le pape François est en pleine continuité dans la foulée ouverte par le pape précédent. Je ne vois aucune raison de dire que c'est une hérésie.»

 

Le cardinal Kasper conclue ainsi : "Nous vivons aujourd'hui une période de violence sans précédent dans le monde. Beaucoup de gens sont blessés. Même dans les mariages - conclut le cardinal - il y a beaucoup de blessures. Les gens ont besoin de la miséricorde, de l'empathie et de la sympathie de l'Église en ces temps difficiles dans lesquels nous vivons aujourd'hui. Je pense que la miséricorde est la réponse aux signes de notre temps".

 

Pour le cardinal Walter Kasper Amoris laetitia est fidèle à la Tradition et il le montre avec le concile de Trente, ce qui risque d’être embarrassant pour ceux qui sont contre l’exhortation apostolique, démontrant ainsi que la Tradition chrétienne n’est pas rigide mais ouverte au renouvellement.  

 

Merci !